Jaguar Type E 1962

Pour les nostalgiques des sixties, elle est le symbole du swinging London. Une chose est sûre : elle ne laisse personne indifférent.

Le style est l’oeuvre de Malcom Sayer, sous la supervision de William Lyons, le tout puissant patron de Jaguar. Pari réussi : Enzo Ferrari est bluffé, parlant de “la plus belle voiture jamais construite” . Lors de sa présentation à son premier Salon en 1961 le public afflue à tel point que William Lyons, le grand patron, décide de faire venir une deuxième voiture à Genève avec son long capot et sa bulle arrière, c’est le “Fixed Head Coupé” le plus réussi, bien que le cabriolet tire lui aussi son épingle du jeu.

La Type E dans sa première série s’avère recherchée et par extension chère. Pourtant elle représente tellement son époque, celle bénie des années 60, qu’elle en est devenue une icône. Forcément, les icônes ont un prix que seule la passion peut expliquer. A vous de voir


Jaguar Type E série /1 1962

Jaguar Type E 1962







26 vues